C'Végétal

La cuisine végane bio de Cécile

Bali imaginaire : croquettes de tempeh et nouilles de carottes dragon au beurre de cacahuètes et épices

Poster un commentaire


Bali imaginaire : croquettes de tempeh et nouilles de carottes dragon au beurre de cacahuètes et épices

Mon cher corps,

J’’ai passé une longue partie de ma vie au régime. Je suis très fâchée rétrospectivement de la souffrance physique et mentale que cela nous a infligé à toi et moi, et contre ceux qui en sont les responsables : le corps médical, les magazines féminins, la télé et les bons penseurs de tout poil. Contre moi-même aussi, qui gobais comme une gourde les judicieux conseils ponctués côté «santé» d’’interdits, de privations et de sport-torture et côté commerce (sans guillemets), de méthodes, de substituts, de miracle avant l’’été et de petites pilules désormais prohibées pour cause de danger mortel.

Aujourd’’hui, bien que la science ait évolué, que les langues se soient déliées et que les dommages aient été avérés, rien n’’a vraiment changé. On parle moins de calories que de détox, jeûne et coachs minceur et parfois -ô miracle- les mots équilibre et plaisir sont au sommaire, mais au fond le consumérisme est toujours aussi vivace. Il me suffit de faire un tour dans un supermarché au rayon “diététique”, dans une parapharmacie au rayon “minceur” ou dans n’’importe quel article de presse à chaque changement de saison pour bouillonner de colère.

Il est venu un moment de ma vie où j’’ai remballé la gourde, je me suis documentée et je t’’ai écouté, mon corps. Je sais, ça parait gnangnan comme ça, mais tu as commencé à me raconter des trucs drôlement intéressants : «tu es fatiguée ? : DORS !» «tu es stressée ? DETENDS-TOI !» «tu as la cuisse molle ? FAIS DE L’’EXERCICE !» «tu as faim ? MANGE !» «tu es à plat ? NOURRIS-MOI !». Je savais bien que tu ne me parlais pas de somnifères, calmants, stimulateurs musculaires, simili-nourriture industrielle ou médicale et boissons énergisantes, il me fallait trouver la bonne route…

Ca ne s’est pas fait en un jour, mais petit à petit j’ai compris et tout est devenu logique. Je suis allée me coucher au premier bâillement et ai soigné mon cadre de sommeil. J’ai trouvé les moyens et le temps de décompresser (je médite, ce qui est chic, je chante également à tue-tête dans ma voiture, ce qui l’’est moins). J’ai réalisé qu’au bout de mes cuisses molles se trouvaient des pieds et qu’’avec je pouvais nager, marcher, courir, pédaler et qu’’en bonus, ça me relaxait, facilitait mon sommeil et me donnait faim.

Et la faim justement, je l’ai ramenée à ses deux basiques : c’est NATUREL et ça fait PLAISIR. Dans naturel il y a nature, qui nous pourvoit en tout ce dont notre machine a besoin pour bien fonctionner, et dans plaisir il y a une infinité de produits, de saveurs, d’’arômes, de couleurs et de consistances pour se faire une santé de champion en se léchant les babines. Certes j’ai découvert la cuisine végétale et ça a tout changé pour toi et moi mais ça n’est même pas mon propos aujourd’hui, toutes les routes sont bonnes je suppose dès lors que l’on se met à l’écoute de son corps.

Et devine quoi ? Ca a marché ! Je me lève en forme, je maquille «nude» mes traits adoucis, j’enfile sur ma cuisse ferme une minuscule jupette, je remplis ma lunch box d’’un bon petit plat maison équilibré, je positive mes tracas du jour et zou, c’est parti !

On est d’’accord que ça ne règle qu’’une partie des moult problèmes que l’’on doit se coltiner dans une vie, mais j’’ai commencé un paquet de journées dans la mienne qui étaient exactement le contraire de tout ça, et je peux dire avec une certitude sereine : c’est beauuuuuuucoup mieux maintenant…

Ouh là, je m’’aperçois que je me suis bien bien écartée de mon propos initial : ma recette du jour ! Il y a un lien cependant (ouf, vous n’’avez pas lu tout ça pour rien) qui tient en trois mots : beurre de cacahuète, carotte dragon, Bali. Je sais ça surprend.

Ces trois mots qui se combinent résument ma passion pour la cuisine :

– la liberté : le beurre de cacahuète illustre l’’un des aliments bannis de tout régime et j’’en ai fini avec ça. J’’achète des produits bios, aussi naturels que possible et je modère la fréquence et les quantités des produits les plus riches, car il faut raison garder mais pour le reste, je mange ce que je veux.
– Le plaisir : les carottes dragon, parce qu’’elles sont colorées, sucrées, marrantes et que ça m’’émoustille moi, les jolis légumes.
– Le voyage : la cuisine est un merveilleux véhicule qui vous emmène en vacances, vous vous relaxez, vous profitez des parfums, des formes, des couleurs, des sons et où que vous alliez, il n’y a ni attente ni décalage horaire. Toutes les destinations révèlent des délices : les goulashs de l’’Est, les paellas espagnoles, les risottos italiens, les tajines marocains, les burgers américains, les byrianis indiens, les houmous libanais, les chilis mexicains, les woks asiatiques, les satays indonésiens, sans oublier les bons plats de notre beau pays et tous ceux qu’il me reste à découvrir.

Voilà mon corps, aujourd’’hui je t’emmène à Bali dans mes doux souvenirs, je vais prendre le temps de te préparer cette jolie recette, de la goûter du nez et des yeux, puis de la savourer paisiblement.

Tu n’as plus à t’inquiéter, j’’ai compris ton message et je fais équipe avec toi maintenant. Toi et moi on va être très heureux très longtemps 

Bali (*) imaginaire : croquettes de tempeh et nouilles de carottes dragon au beurre de cacahuètes et épices

(*) Je précise pour les puristes que cette recette n’’est que le fruit de mon imagination et n’’a aucune prétention d’authenticité régionale !

Recette pour deux
Préparation et cuisson : 45 mn

Pour la salade :
280 g de carottes dragon (violettes)
1 càc bombée de beurre de cacahuètes
1 càs de vinaigre de cidre
1 càs d’’huile de sésame
1 càs de sauce tamari
1 càs de jus de citron jaune
1/2 càc rase de poudre de gingembre et 1/2 càc rase de poudre de coriandre (ou frais si vous en avez)
Sel, poivre
Graines de sésame noir

Pour les croquettes :
1 bloc de tempeh de 200 g en forme de «saucisson»
2 càs d’’huile de sésame
1 càs bombée de beurre de cacahuètes
1 càc rase de poudre d’’ail
1 càc de sauce tamari
1 càc de jus de citron jaune
2 càs de crème de coco
1 bonne pincée de : curry, gingembre, cumin, curcuma et coriandre
Sel, poivre

Préparez les nouilles de carottes à l’’aide d’’un tour à légumes (pour moi, mon bien-aimé « spiralizer »)
Mélangez au fouet les ingrédients de la sauce sauf les graines de sésame noir jusqu’’à ce qu’’elle soit lisse et crémeuse

Nappez les nouilles pour qu’’elles s’’imprègnent du goût, parsemez de graines de sésame noir et réservez le temps de préparer le tempeh

Coupez le «saucisson» de tempeh en tranches d’’1 cm (vous aurez une douzaine de tranches)

Faites les revenir à plat sur chaque face dans une poêle avec l’’huile de sésame sur feu moyen jusqu’à ce qu’’elles soient bien dorées

Mélangez au fouet tous les autres ingrédients et ajoutez dans la poêle, imprégnez-bien chaque morceau de tempeh sur les deux faces et remettez-les à plat. Baissez un peu le feu et faites les sauter sur chaque face jusqu’à ce qu’’elles soient bien grillées

Servez immédiatement.

Laisser un commentaire // Leave a comment

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s