C'Végétal

La cuisine végane bio de Cécile

Ma machine à pain

Poster un commentaire


La semaine dernière, j’ai acheté une machine à pain sur une vente privée. La bonne affaire, moins de 70 euros avec les frais de port. Après étude du prix de marché (réalisée malheureusement bien après que la commande soit passée), il s’avère que 70 euros, C’EST son prix de marché…

Monsieur le facteur m’apporte gentiment la machine au seuil de l’appartement samedi matin. Je m’étais au préalable équipée d’un paquet de préparation pour pain. Je suis prête. Tout se passe merveilleusement bien.

Jusque là.

Le mode d’emploi est incompréhensible. Il y manque notamment une information qui me parait pourtant fort utile : comment installer et démarrer la machine ? J’improvise en posant le moule dans la cuve qui a l’air d’être prévue pour l’accueillir, en branchant la prise et en fermant le hublot. Je comprends qu’il faut ensuite verser 300 et quelques grammes d’eau dans le moule, puis 500 g de préparation pour pain. Jusque là, tout se passe bien.

J’appuie sur le bouton « Menu ». Rien, pas une lumière, pas un bip amical, rien.

Dépitée, je sors mon plan d’intervention secret :
– je vérifie que c’est branché
– je secoue le fil électrique (je ne suis pas -loin s’en faut- une bricoleuse avertie mais cette technique du secouage (du fil, de l’appareil, de la prise, etc.) donne parfois de bons résultats chez moi et j’envisage de la faire breveter)
– je tâtonne tendrement tout autour de la machine pour repérer un interrupteur éventuel et tenter de l’amadouer.

Rien.

Je vide le moule de son contenu, nettoie et range la machine, je pétris mon pain à la main et le fais cuire au four.

Le lendemain, je décide de persévérer, ne pouvant me résoudre à renvoyer la machine au vendeur sans tout tenter afin d’éviter que l’équipe SAV au grand complet ne se torde de rire pendant 15 jours parce que je m’y suis prise comme une gourde. Je me plonge avec passion dans la notice d’utilisation. Presque par hasard, à la description des pièces détachées (tu crois qu’il y aurait une section « prise en mains » ?), je découvre qu’il existe un interrupteur derrière l’appareil.

Bien derrière, je ne risquais pas de le trouver par mégarde, même en tâtonnant consciencieusement. J’appuie sur « Menu », la lumière fut.

Soulagement.

Je re-verse 300 g d’eau et 500 g de préparation dans le moule, j’appuie sur l’interrupteur, je sélectionne mon programme, je vais me détendre pendant que ma belle machine va s’occuper de tout.

La notice m’avait bien prévenue que le pétrissage ne commençait qu’après 30 mn de préchauffage. Je ne risquais pas de le rater… De mon salon, ainsi qu’à 500 mêtres dans la rue, un vacarme métallique doublé d’un tressautement façon marteau-piqueur émane de la cuisine.

Je vais voir : le moule ne tient pas sur son axe, et se cogne à la cuve à chaque mouvement du pétrin (vous notez ? Moule, cuve, pétrin, j’ai bien progressé dans la connaissance technique des pièces d’une MAP, je n’ai pas perdu mon week-end moi !). Autant dire que le pétrin ne pétrine pas beaucoup ma pâte.

Ne sachant vraiment que faire, je maintiens le moule avec les mains, le pétrin commence à pétriner. J’ai tenu le moule pendant 15 mn jusqu’à la fin de la première partie du programme « pétrissage ». Ca ôte tout de même de l’intérêt à la machine s’il faut la cramponner à deux mains pendant qu’elle travaille ! Je n’ai pas eu la force mentale de poursuivre l’expérience jusqu’à la seconde partie du programme.

J’ai donc vidé la pâte (très bien pétrie cependant) du moule, nettoyé et rangé la machine et…

… ai fait cuire mon pain au four.

Sublime soit dit en passant mon pain, merveilleusement gonflé et doré. Mais il faut aimer le pain tout de même pour en faire cuire deux de 500 g dans le même week-end, et être la seule à le consommer !

J’ai pris conseil auprès de Maman (la seule personne à qui je pouvais avouer mon tracas) et ai nerveusement Googlé toute l’après-midi (qu’est-ce que j’ai comme temps tout de même…!) en vain pour tenter de régler mon problème. Théoriquement, il convient « d’appuyer fortement pour clipser le moule » dans la cuve. MAIS ATTENTION, j’ai lu sur certains sites que certaines MAP disposaient d’un système « Twist & Lock » !!! Je ne sais pas exactement en quoi cela consiste mais cela implique à un moment 1/4 de tour à droite (certains sites préconisent même ensuite 1/4 de tour à gauche. Et puis quoi ? Une petite galipette, un pas de bourrée, une révérence ? ) sachant que le moule est rectangulaire et la cuve aussi et qu’il me parait donc techniquement impossible de faire faire 1/4 de tour à quoi que ce soit dans ma MAP.

Nouvelle tentative le lendemain, j’ai appuyé comme une brute sur la cuve qui en effet, s’est clipsée. Puis il m’a fallu une bonne dizaine de minutes pour la dé-clipser (ça non plus, la notice ne l’explique pas). J’ai renoncé, quand la relation est compliquée dès le début, il ne faut pas insister, ça ne marchera jamais, c’est comme avec les hommes…

J’ai revendu la machine d’occasion et m’en suis achetée une nouvelle, après consultation et démonstration de l’expert du magasin d’électro-ménager (on ne m’y reprendra plus d’acheter de l’électronique sur internet), 20 euros plus cher (pas très rentable mon opération…) et depuis elle et moi filons le parfait amour.

En passant, j’ai pris un kilo cette semaine-là. 500 g de pain x 2 en une semaine, c’est cela, le compte est bon !

Laisser un commentaire // Leave a comment

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s